CS WITTRING : site officiel du club de foot de WITTRING - footeo

Homme de l'ombre...venu du Futur...Albert Stuner

4 août 2015 - 08:35

Celui qui est apprécié de tous... même quant il te marche sur les pieds...

 

Homme de l’ombre… lumière sur Albert Stuner, agent sécurité, ergothérapeute, rebouteur et philosophe du CS Wittring

 

 

 

Salut Albert !!

 

 

 

Q : Présentes toi, brièvement. Famille,  profession, âge…

 

AS : Salut Alex, j'ai 46 printemps, 3 marmots, Manon 21 ans, Anna 15 ans, et Noé 13 ans. Je suis marié avec Virginie depuis 20 ans. Je suis mineur en Allemagne, dans une mine de calcaire. 

 

 

 

Q : Comment tu les trouves, ces petits nouveaux ?

 

AS : Ils sont adorables, si demain ils se font rejetés par leurs parents, je serais prêt à les adopter. Ils ont énormément de potentiel, et si on arrive tous (nouveaux et anciens), à se mettre sur la même longueur d'onde, en métaphysique, tout est vibratoire ! On va casser la baraque à frites !!!!! 

 

 

 

Q : Tous unanimement te cite comme exemple physique. Ton secret ?

 

AS : En fait, j'ai été conçu dans le même laboratoire que Volverine ( je le kiff )!! Plus sérieusement, je banni les sodas, le macdo, mais de temps en temps un kebab ne fait pas de mal! Sinon une vitamine C tous les jours, du jus de citron Bio, du magnésium et surtout aucun médicament. 

 

 

 

Q : Un petit mot pour le grand Jacky ?

 

AS : Un grand Homme. Il mériterait sa place au Panthéon, et il nous manque cruellement.

 

 

 

Bon, amusons nous un peu…

 

 

 

Q : Tu dois changer le monde, tu commences par quoi ?

 

AS : Je fais disparaître l'égoïsme, responsable de tout nos maux, remettre le partage au centre de toutes nos préoccupations et du jour au lendemain le soleil brillera à nouveau pour tout le monde. 

 

 

 

Q : Franchement, Chuck Norris, tu l’défonces ?

 

AS : Le jour du casting c'était lui ou moi. Moi j'ai loupé le train.. Les grands hommes ne se battent pas et la plus haute marche du combat est de ne pas combattre. (Proverbe Shaolin). 

 

 

 

Q : Combien de noix es-tu capable de briser, avec ton muscles fessiers, en 1 minute ?

 

AS : Suivant l'appétit de l'écureuil vivant derrière chez moi, il m'arrive d'en casser dix par minute. (Sans forcer) 

 

 

 

Q : Ton plus bel exploit ?

 

AS : D'avoir réussi à fonder une famille qui tienne la route et sur le plan sportif, d'avoir réussi à inverser le cour du match alors que plus personne n'y croyait.. ( le fighting Spirit )

 

J’m’en souviens de celle-ci, à Lambach, ton match de retour de blessure… Quel souvenir !

 

 

 

Q : Ta plus grosse bêtise ?

 

AS : Entre 16 et 19 ans, d'avoir passé des journées entières dans un bistro de Sarreguemines (le Bolo), et de marquer sur le billet d'excuse du lycée, Bologite aiguë et c'est passé comme une lettre à la poste

 

 

 

Q : Ta plus belle baston ?

 

AS : C'est le jour où ma mère à ramener ma grand mère aux urgences de l'hôpital du Parc, et qu'elle a vu rentrer les pompiers avec un blessé grave sur un brancard. Trois jours après, elle a découvert que j'y étais pour quelque chose. 

 

 

 

Q : T’es toujours déguisé en Batman à Carnaval. Pourtant, c’est une tapette. C’est les collants qui t’excite ?

 

AS : Je suis bien obligé de jongler entre Batman, Iron Man, et Super Man comme je possède tous leurs super pouvoirs, mais le plus beau des pouvoirs c'est d'arriver à ne pas se prendre au sérieux. Pour en revenir aux collants, c'est peut être pour le côté féminin que chaque homme a en lui! 

 

 

 

Q : T’es nul pour raconter des blagues… donc, vas-y, racontes nous une blague ?

 

AS : Quel est l'animal le plus généreux? 

 

Le poulain ! Car quand il y en a poulain, y'en pou l'autre !!! Ah ah ah !! 

 

 

 

Q : Y a-t-il un joueur passé par le CSW qui te manque ?

 

AS : En fait, plusieurs joueurs me manquent. Pascal Minke pour ses buts venus d'ailleurs, Christian Glatz pour sa force tranquille, Michel Bour pour son sens aiguë de la tactique, et Christian Haar pour les brèches qu'il provoquait dans les lignes des défenses adverses. 

 

 

 

Q : Tu t’es servi de tes filles pour signer un avant-centre et re-signer un milieu offensif… Noé doit-il avoir une certaine crainte ou vas-tu te charger du recrutement des féminines ?

 

 AS: Effectivement, suivant les orientations de mon fils, il nous ramènera une joueuse ou un joueur; j'ai une préférence pour la première solution mais comme je suis quelqu'un de très tolérant, j'accepterais aussi la deuxième solution.. 

 

 

 

 

 

Allez, j’te retourne… Facile hein… J’te donne les réponses, tu mets les questions…

 

 

 

R : la raie du cul

 

AS: question ? Si tu pouvait mettre ton nez quelque part chez Sophie Marceau, tu le mettrai à quel endroit ? 

 

 

 

R : Chuck Norris

 

AS : question ? Qui était ton sparring partner avant de rentrer dans l'arène ? 

 

 

 

R : la menthe poivrée

 

AS : question ? Si tu devais t'échouer sur une île déserte, quel objet aimerais-tu avoir à portée de main ? Ou alors deuxième question.. Quel produit déconseilles-tu pour les pénétrations difficiles ? 

 

 

 

R : Anthony Muller

 

AS : question ? Quel joueur arrives-tu à faire courir plus vite en lui hurlant dessus ? 

 

 

 

R : Gardien de but

 

AS : question ? À quel poste n'aimes-tu pas jouer ? 

 

 

 

Le CSW, c’est une longue histoire…

 

 

 

Q : ça a commencé quand, et comment pour toi, le foot à Wittring ?

 

AS : En l'an de grâce, en 1976 (20ème siècle), j'ai joué chez les "poussins" de Wittring, entraînés par l'irremplaçable Helmut. À 14 ans, j'ai tenté ma chance à Sarreguemines où j'ai passé 4 ans en cadet honneur et junior honneur, plus un match en titulaire comme gardien de but avec l'équipe première qui jouait en 3ème division nationale! Puis le retour sur Wittring, alors que Sarreguemines voulait me garder. L'appel de la jungle était plus fort, et dans la foulée je suis rentré dans le comité jusqu'à aujourd'hui, je suis resté dans les buts jusqu'en 96 et malgré toutes les réticences du club, je suis passé joueur de champ ! 

 

 

 

Q : Pour que tout l’monde prenne conscience de ton investissement, le CSW, c’est combien d’heures par semaine ?

 

AS : En fait c'est très variable suivant les saisons, entre les carnavals, les différentes manifestations sur l'année, les traçages de terrain ( avec Jean Luc ), les travaux d'entretien sur le stade et aux abords ( avec les potes ), il m'ait très difficile de quantifier les heures de travail mais c'est du boulot !! L'important c'est pas le nombre d'heures, mais d'être là quand il le faut. Je pense aussi aux autres dont l'investissement est total et dont je n'ai pas besoin de citer les noms parce que tout le monde les connaît. 

 

 

 

Passons à la psycho…et soyons un peu doux…

 

 

 

Q : T’es un animal, t’es quoi et pourquoi ?

 

AS : Le Berger Allemand, fidèle travailleur et courageux. 

 

 

 

Q : A l’instar du T1000 (encore une chochotte), tu peux revenir dans le passé. Tu fais quoi, tu remontes quand ?

 

AS : Je reviens en 1933 et j'empêche l'accession de Hitler au pouvoir..

 

 

 

Q : Une qualité de chacun des frangins Stuner que tu aimerais avoir ?

 

AS : Le jeu de tête de Jean Luc, les tacles à Antoine ( avant 1988 ), la vitesse à Simon, et les crochets à Éric. 

 

 

 

Q : Un message à Papa, qui avec  Jacky, surveilles ton travail et les résultats du CSW, de là-haut ?

 

AS : Pour m'excuser du lundi matin, quand ils sont livrés du Républicain Lorrain et qu'ils ouvrent la partie "Sport", et qu'ils voient qu'on est pas 1er du groupe .. 

 

 

 

 

 

Q : Champion d’Europe en France l’an prochain, c’est qui ?

 

AS : Mon cœur me dit la France mais il faudra qu'ils se sortent le doigt du cul.. 

 

 

 

Q : Carte blanche, un message, des remerciements, le futur… bref… lâche toi…

 

AS : Avant tout des remerciements à tout nos anciens, du premier qui a décidé de créer un club de foot à Wittring jusqu'à Robert et Bernard qui ont œuvré pour les installations de grand standing qu'on a. Un merci aussi à tout ceux qui participent activement à la vie du club, même ponctuellement. 

 

Et enfin, mes espérances pour l'avenir du CSW, sont que l'on jouera encore très longtemps au football, parce que je ne suis pas du genre à penser "après moi le déluge". Je m'imagine que dans 50 ans sur les feuilles de match, il y ait encore des noms de famille comme Muller, Rohr, Bach, Minke, Metz, Bordonné, Stuner... Et pour finir, quelques unes de mes devises préférées, " Sois moins con le soir en te couchant, que le matin où tu t'es levé", "Faites l'amour pas la guerre", " Ça ira mieux demain", et "le ridicule ne tue pas". Et un grand merci à toi Alex. 

 

 

 

 

 

Un grand merci à toi, Albert.

 

Commentaires

Aucun événement